Dolor de humanidad

Esta humanidad me duele Me duele por dentro Porque no satisface mis esperanzas Porque es poca cosa para mis anhelos

Publicités
Article mis en avant

Petite voix d’outre-tombe (récit)

Quelques mois ont suffit à la maladie pour m’amener vers l’exil définitif. Les poumons ça ne pardonne pas, ont dit les médecins tout en montrant du doigt mon paquet de cigarettes.  Mais la clope n’y est pour rien : j’étais condamné avant que le cancer ne décide de m’emporter. La Mort était à mes trousses bien... Lire la Suite →

Article mis en avant

Petite voix d’outre-tombe (récit)

Le blog de Willy Ortiz

Quelques mois ont suffit à la maladie pour m’amener vers l’exil définitif. Les poumons ça ne pardonne pas, ont dit les médecins tout en montrant du doigt mon paquet de cigarettes.  Mais la clope n’y est pour rien : j’étais condamné avant que le cancer ne décide de m’emporter. La Mort était à mes trousses bien avant mon arrivée en France. Elle avait décidé de me poursuivre dans les champs de bananiers de l’Urabá, en Colombie.

Naïvement  j’avais cru pouvoir la semer en quittant mon pays et mon continent, en traversant l’océan et en apprenant une autre langue. Mais la mort est une coureuse de fond, elle fini toujours par nous rattraper.

Quarante-cinq ans ce n’est pas beaucoup… mais que voulez vous, face à elle, il n’y a pas de protestation possible.

Je dois dire que je la remercie, pour une raison simple : en m’ayant donné cette petite avance, elle a…

Voir l’article original 512 mots de plus

Muerte temprana

  A todos los niños soldados del mundo   Llanto de niño Expuesto ante la vida Rabia Impotencia Que pequeñas son las manos Que rápido se vierte la sangre Sobre esta tierra ingrata Llanto Llanto porque no quiere morir ¡Esta vida no dura nada! Grita su alma Y el polvo lo acoge Y nadie lo... Lire la Suite →

Grito

  Este silencio … Sí… Este silencio que se escucha en todas las bocas Este silencio que recorre al mundo Que acalla consciencias con apariencias Que deja morir sin decir ni “mu” Este silencio de pastilla Lleno de marcas y pulsiones inducidas Este silencio de piedra Que reina en plazas públicas Que erige muros sin... Lire la Suite →

CENSURA

  No hay palabra mala Ni en tus labios Ni en los renglones Ni en los pregones de los que no se resignan No existen vocablos malditos No existe la censura para los poetas Solo la ardua tarea de perder el miedo Para decir el mundo Para soñar el mundo Y si soy puta Lo... Lire la Suite →

TROPICAL

Yo soy de la mitad del mundo De donde el sol chamusca De donde la lluvia es diluvio De donde se juega en la calle Con viejas pelotas de trapo enrollado

La violence cachée

"Condamner la violence de façon partielle, partisane, sans recul et uniquement comme instrument politique est aussi une violence. Je dirais même qu’il s’agit là de la pire des violences : celle qui est propre aux rouages actuels de fonctionnement de la société, celle qui est tellement inscrite dans notre façon de penser qu’on oublie qu’elle existe..."

Perdona mis versos

Perdona mis versos Por no decirte que muero por tus labios Por no hacer el homenaje lírico de tu entrepierna Por no decirle al mundo que contigo nada más importa.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑